Documentaires de Bernard Ganne: du business en DVD

190
Observer une entreprise durant les étapes majeures de son développement. Prendre le pouls des dirigeants au moment où leur PME emprunte pour la première fois les chemins de l’international. Voilà qui est permis grâce aux documentaires de Bernard Ganne, directeur de recherche au CNRS, qui fascinent tant ils propulsent dans la réalité des entreprises.

Bon nombre de chercheurs sont déjà allés étudier les entreprises in situ. Ils en produisent généralement des rapports ou des articles scientifiques souvent trop indigestes à la lecture pour susciter un réel intérêt dans les milieux d’affaires et entrepreneuriaux. « Il est vrai qu’il m’a toujours semblé bien dommage que nos études ne produisent que de la littérature grise, qui parfois ne rend pas compte fidèlement de ce qu’on a pu véritablement voir sur le terrain », s’exprime Bernard Ganne, directeur de recherche au CNRS à Lyon. Le professeur Ganne a donc préféré se lancer dans l’audiovisuel ! Armé d’une caméra, ce sociologue a en effet choisi d’utiliser le documentaire pour exposer les résultats de ses recherches.

 

Avec Jean-Paul Pénard, son collègue réalisateur, Bernard Ganne a déjà réalisé 7 films sur les thèmes du développement des entreprises et de la mondialisation. « La caméra permet de travailler davantage le terrain, et de mieux l’approcher. En plus, l’image a l’avantage de prendre les gens par la main et de les amener sur ce terrain. Ils voient et ils comprennent ce qui se passe. C’est un apprentissage de décryptage de situations. La sociologie, c’est ça ». Une diffusion plus facile des études ? Un gain pour la recherche grâce à un travail de terrain plus approfondie ? Les coffrets pédagogiques VHS et les DVD signés par le professeur Ganne et Jean-Paul Pénard sont, en tout cas, des outils d’analyse et de discussion parfaitement adaptés pour les professionnels. Ils se destinent à des entreprises qui souhaitent s’internationaliser car ils exposent très concrètement des exemples de développement de PME sur, parfois, de très longues périodes fondamentales de leur vie.

 

Les chemins de l’internationalisation
Le tournage du premier sujet d’étude de Bernard Ganne a débuté en 1986 et s’est achevé en 2001. Trois films ont été réalisés durant cette période et retracent l’évolution de l’entreprise familiale Canson et Montgolfier (à Annonay en France), intégrée aujourd’hui au groupe Arjo Wiggins. « J’ai commencé à suivre l’entreprise Canson, productrice de papier, alors qu’elle perdait des parts de marché importantes. J’ai ensuite pu voir comment la mise en place d’une nouvelle direction a flexibilisé la société en engageant un processus de management participatif », raconte le sociologue. À ce stade, l’équipe de chercheurs sortait un premier film intitulé « Rumeur d’atelier : vous avez dit flexible ? », récompensé au festival du cinéma du réel en 1993. Puis un second, « Appartenance », en 1996 qui revenait sur les transformations de la maison Canson des années 1950 à 1990, à partir de séquences filmées depuis 1986. En 1997 l’entreprise, devenue flexible, s’implantait en Chine. Un alibi suffisant pour Bernard Ganne et son réalisateur pour partir, caméra sur l’épaule, retrouver le fabriquant de papier en Asie. Un troisième documentaire, « Annonay-Qingdao : chronique d’une mondialisation », sorti en 2001, concluait ainsi l’aventure de Canson (disponible chez Autres Regards).

 

De 2000 à 2003, la participation de Bernard Ganne à un programme européen portant sur les PME et l’internationalisation a débouché sur la sortie, en mars dernier, d’un DVD : « Aller à l’international : chemins de PME européennes ». Constitué de trois films, le documentaire a inauguré la collection « Entreprise dans la mondialisation » du distributeur Banlieues Media (www.banlieues-media.com). « Dans ce DVD, nous avons pris trois exemples de PME, de trois pays différents, une allemande, une française et une italienne. On pensait que l’aspect national allait être très important et allait montrer de grandes différences dans leur approche de l’international. En fait, malgré des secteurs d’activités très différents, elles comportent beaucoup de points communs. D’abord, et c’est une règle essentielle pour s’internationaliser, elles sont toutes les trois fortement innovantes et sont sur des marchés de niches. Deuxièmement, elles ont été pragmatiques dans leur développement et elles ont pensé leur organisation pour y parvenir. Enfin, et c’est une caractéristique des PME, c’est ce mélange de projet et pragmatisme. On sait où on va, mais on ne sait pas par quels chemins ; au fur et à mesure, on détermine les chemins et on s’adapte. Je crois que c’est une grande leçon de l’international. Pour aller à l’international, il faut savoir saisir les opportunités, il faut à la fois un projet et savoir jouer des incertitudes pour finalement faire son propre chemin. Car il n’y a pas de modèle pour réussir. »

 

La mise en exergue des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises occidentales, qui se lancent vers l’international et notamment sur les marchés asiatiques, est depuis devenu récurrente dans les films de Bernard Ganne et de Jean-Paul Pénard. « Ce qui m’intéresse surtout est de voir comment les PME réagissent, parce qu’elles ont des organisations très différentes de celles des grands groupes. Par ailleurs, je voulais savoir quels étaient les effets de l’internationalisation sur le mode d’organisation en France de ces petites entreprises. Et puis je désirais en apprendre davantage sur les acteurs chinois eux-mêmes ». À toutes ces questions, les prochains documentaires du professeur Ganne devraient pouvoir apporter des réponses. Prévu pour l’été 2006, « Clic et déclic : s’implanter en Chine et au Japon » va raconter l’arrivée en Asie d’une entreprise française sous-traitante dans l’automobile de 1 500 salariés. Enfin, en automne de la même année, devrait sortir « Tribulation d’une entreprise en Chine » et « S’accorder au Japon » (ndlr : titre provisoire), deux films dont l’actrice est une entreprise vétérinaire.