Tourisme: Amérique latine, le nouvel eldorado d’Accor

118
Depuis 2006, sous l’impulsion de son nouveau directeur général, Gilles Pelisson, le groupe Accor est parti, depuis le Brésil, à la conquête de tout le continent.

 

« Le groupe Accor est présent au Brésil depuis 31 ans sur les marchés de l’hôtellerie et des services », rappelle d’emblée Stéphane Engelhard, directeur financier d’Accor Amérique latine, basé à São Paulo, avant de souligner qu’au début de son implantation dans la région, Accor avait pris en compte l’énorme potentiel de développement du pays, notamment au niveau du tourisme d’affaires et de loisirs, national et international. Aujourd’hui, Accor au Brésil se définit comme une des principales filiales du géant français. Le groupe est présent dans les activités hôtelières (Accor Hospitality), de services (Accor Services) et de restauration collective (GR S.A.) et emploie plus de 33 000 collaborateurs en Amérique latine, dont 30 000 au Brésil, se plaçant au deuxième rang des entreprises françaises implantées dans ce pays derrière le groupe de grande distribution Carrefour. « En 2007, nous aurons réalisé un volume d’affaires de 5,6 milliards d’euros et un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros pour l’ensemble de l’Amérique latine. » Fort de ces résultats, mais aussi de l’essor dont bénéficie actuellement le continent sud-américain et plus précisément le Brésil, Accor a dégagé une “enveloppe” de près de 200 millions d’euros pour investir directement (engagement Accor) dans de nouvelles unités hôtelières et ainsi accélérer son développement dans la région. L’objectif étant d’assurer un maillage complet des grandes villes brésiliennes à l’horizon 2010.

 

Du 4 étoiles au formule 1
En matière d’hôtellerie haut de gamme, la direction générale d’Accor a décidé de gérer séparément la marque Sofitel (4 étoiles) et de créer de nouvelles unités dans les capitales où l’enseigne n’est pas encore présente : Mexico (Mexique), Santiago (Chili) et Caracas (Venezuela). Pour l’hôtellerie économique, qui représente l’essentiel des projets, le groupe envisage d’ouvrir 70 établissements dans le segment économique (Formule 1 et Ibis) dans les 3 ans sur toute l’Amérique latine. Au Brésil, qui demeure le principal marché de la région, 13 hôtels Ibis et 7 Formule 1 en engagement Accor verront bientôt le jour et pourraient être suivis, dans une deuxième phase, d’une vingtaine d’Ibis supplémentaire. « Cela nous permettra de renforcer notre présence là où nous sommes déjà et de nous implanter dans les grandes villes où nous ne sommes pas encore présents, confie Stéphane Engelhard. Dans la lignée et à très court terme, Accor prévoit la création de réseaux Ibis, pouvant aller de 5 à 10 unités, en Argentine, au Chili, en Colombie et au Pérou. Le Mexique, autre grand pays de l´Amérique latine avec le Brésil, n’est pas en reste avec une vingtaine d’hôtels Ibis qui viendront compléter les 4 existants. » Côté services, Accor au Brésil procède actuellement au remplacement de tous les supports papiers (tickets) en carte magnétique. Si l’opération est à peu près terminée pour le Brésil (plus de 2 millions de cartes), il reste encore à faire migrer l’Argentine, le Venezuela et le Mexique. Cela représentera quelque 5 millions de cartes magnétiques Accor pour l’ensemble de l’Amérique latine. Le défi majeur est la « dématérialisation » de l’activité des services, cela devant se faire au cours des trois prochaines années.