Début février, l’entrepreneur franco-cambodgien Soreasmey Ke Bin a été élu à la tête de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge. Ce dernier souhaite créer une nouvelle dynamique pour les entreprises qui dépendent de sa chambre.

Installé au Cambodge en 2001, Soreasmey Ke Bin n’a pas pas tardé après ses études en France a devenir dirigeant d’entreprises sur le sol cambodgien. Il explique avoir monté nombre d’entreprises depuis plus d’une quinzaine d’année et a voulu après sa dernière expérience nommée Confluences (à la fois agence de conseil et incubateur) en 2015 s’investir dans la CCI France Cambodge. D’abord engagé en tant que vice-président ces quatre dernières années, il a souhaité briguer la présidence pour s’investir plus encore dans la Chambre qu’il dirige désormais.

Soreasmey Ke Bin est fier d’avoir été choisi par le nouveau conseil d’administration comptant presque une moitié de nouveaux élus qui sont pour la plupart de jeunes entrepreneurs et cadres en entreprises. «Notre équipe est jeune et motivée, mais tous les membres, qu’ils soient du bureau ou non, sont bienvenus à s’impliquer pour le bien commun de notre communauté», déclare-t-il à leur propos.

Si le nouveau président souhaite continuer le travail réalisé ces dernières années, il veut bénéficier de la complicité et de la complémentarité de la CCIFC avec Eurocham (la Chambre de Commerce Européenne au Cambodge). Il sait que la relation franco-cambodgienne est unique et il déclare important que les deux Chambres poursuivent leur développement. «Nous ne sommes pas concurrents avec Eurocham mais complémentaires. Si cela est compris des deux parties, il n’y a pas de raison que nous ne réussissions pas à travailler ensemble», explique-t-il.

Soreasmey Ke Bin souhaite donner un nouveau souffle à la CCIFC en organisant mensuellement des rendez-vous thématiques pour ses membres, afin de répondre au mieux à leurs besoins et exigences. Il met en avant l’engagement des 150 membres de la Chambre avec de grands groupes comme Vinci ou Bred.

La CCIFC veut attirer d’autres acteurs français au Cambodge

La Chambre souhaite travailler de concert avec l’ambassade de France au Cambodge qui réunira pour la seconde fois dans le jardin de l’ambassade le 28 mars, des entrepreneurs français et cambodgiens pour une réunion qui se veut ambitieuse pour le pays asiatique et les intérêts des deux nations.

En dehors de ses prérogatives principales, Soreasmey Ke Bin veut que la CCIFC se tourne d’avantage à l’avenir vers les CCI de la région, que ce soit avec le Vietnam, la Thaïlande ou encore la Chine. Une délégation est même partie sur le sol de Singapour en Janvier pour échanger avec la CCI locale. Dans tous les cas, il cherche à créer toujours plus d’opportunités pour les membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge afin de développer l’économie locale et l’implantation d’entrepreneurs français dans la région.