Dans le contexte si difficile de la crise économique et sanitaire qui touche le monde entier, trouver de nouvelles solutions pour créer du travail n’est pas une mince affaire, la CCI de l’Oise mise sur un développement du télétravail encore plus important afin de créer plus d’emplois, et développe sa propre plate-forme de travail à distance.

La Chambre de Commerce et d’Industrie souhaite se glisser au mieux dans le contexte de la crise sanitaire et économique pour à la fois venir en aide aux entreprises et leur permettre de contrer le chômage. Janique Tillier, qui coordonne le centre d’information sur la prévention des difficultés des entreprises au sein de la CCI de l’Oise explique : «Ce n’est pas encore l’effervescence mais on sait que, d’ici la fin de l’année, nous allons avoir des demandes d’aides qui vont affluer»

«J’ai trois experts bénévoles qui m’accompagnent, donc l’expert comptable va faire une lecture du bilan de l’entreprise et voir comment sa gestion est organisée, l’avocat peut consulter des statuts et des baux commerciaux, si le propriétaire a reçu des mises en demeures ou des lettres d’huissiers et enfin l’ancien juge consulaire va accompagner le chef d’entreprise et lui préconiser des outils de prévention qui existent et qui sont offerts par la loi» explique Janique Tillier qui conseille gratuitement, anonymement et avec la confidentialité de rigueur les entrepreneurs en difficultés.

Philippe Enjolras, à la tête de la CCI de l’Oise, souhaite de son côté favoriser l’embauche des habitants de l’Oise avec comme cible Paris et l’Île-de-France pour amener du travail à distance pour les habitants du département. «Cela se ferait dans des tiers lieux, mais pas chez soi, surtout pas, explique-t-il. C’est quelque chose sur lequel nous avons travaillé depuis six ou sept ans. Ce n’était pas pour conjurer une crise dont nous n’avions même pas idée, mais c’était pour assurer davantage de confort de travail, éviter les émissions de CO2, l’énervement, les embouteillages, bref faire en sorte que le travail soit de meilleure qualité et éventuellement qu’il y en ait davantage».

C’est dans ce but qu’il a lancé la création de la première plateforme sur internet pour mettre en relation les offres et les demandes de tiers : «Les sociétés viendront s’inscrire sur cette plateforme, soit celles qui ont des bureaux à proposer, soit celles qui recherchent des bureaux pour des salariés qu’elles ont déjà ou qu’elles comptent embaucher, et une fois que le lien sera fait, elles passeront une convention de manière à ce que le personnel travailleur à distance puisse occuper rapidement les bureaux proposés» insiste le Président de Chambre qui voit un système gagnant pour tout le monde.