En avril 2016, la CCI métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO) est encore présidée par Jean-François Garrec, actuel président de la CCI Bretagne. Elle conclut alors un partenariat avec Zeri (Zero Emissions Research and Initiatives), fondation de l’homme d’affaires belge Gunter Pauli.

Ce dernier est le théoricien de la Blue Economy qui soutient que l’on peut produire en rejetant zéro déchet et rester rentable. Baptisé “Blue Economy en Cornouaille”, le partenariat veut développer la culture de spiruline, lancer un papier révolutionnaire à base de poudre de pierre, promouvoir le wifi par la lumière et lancer la production de champignons sur du marc de café. Cette collaboration s’appuie sur une convention de huit pages qu’a pu consulter le site d’information Mediacités.

Le document parle de « projet collectif profitant à tous », d’« innovations majeures », d’«interconnections locales entre toutes les parties prenantes potentielles » mais ne détaille tellement rien que les services juridiques de la CCIMBO retournent une copie annotée une trentaine de fois pour avoir des détails. En vain. En revanche, la CCIMBO verse 500 000 € à M. Pauli pour nouer ce partenariat.

Durant l’été 2018, elle dénonce l’accord passé, sans récupérer l’argent. « Zeri n’a pas assuré le service après-vente », commente le directeur du développement économique de la chambre dans Le Télégramme. À part quelques champignons, cet accord n’a rien donné mais coûté fort cher. « Nous sommes plus fautifs que Pauli. On ne donne pas 500 000 € sur de belles paroles », admettra un ex-salarié de la CCI dans Mediacités. Au printemps 2020, Gunter Pauli a donné de ses nouvelles en twittant un message conspirationniste reliant 5G et Covid-19 en Italie.

Source : Stéphane Larue pour Actualités-CCI

Article précédentWIIO : 4 façons de sécuriser vos applications d’impressions en entreprise
Article suivantZoho France : Digitalisez votre entreprise avec un CRM personnalisable